samedi 14 janvier 2012

Voyage au Pérou: Sacsayhuaman et Crazy George

Sept 2011 - Deuxième nuit à Cuzco. La nuit est courte, le sommeil peu reposant car la respiration est difficile à cause de l'altitude. Marie n'a pas dormi. Pas question pour elle de partir en expédition ce matin. Michel et Brigitte ayant prévu une grosse journée débutant par Pisac, je me retrouve fin seul pour l'avant-midi. Que faire?

Je décide d'aller explorer les ruines de la forteresse inca Sacsayhuaman (prononcé Sexy Woman!) qui sont à une relativement courte distance de marche de notre auberge. Je prévois revenir vers 11 heures. Je me met donc en route.
Une quinzaine de minutes de marche tout en montée à travers la ville m'amène à l'entrée du parc. Une balade intéressante alors que je croise des lamas, alpacas, des ânes et des chiens! Il est tôt et c'est intéressant de prendre le poul de la ville si tôt en matinée. Pas vraiment de touristes à cette heure là. J'ai même croisé une péruvienne qui promenait ses lamas!

Âne stationné dans la rue
Mère et ses enfants attendant l'autobus scolaire
L'église de San Cristobal
Des lamas
Dame promenant ses lamas  Photo: $1
Pas très content le lama!
Un autre âne, avec une vue imprenable de Cuzco

Pas de frais d'entrée pour le parc, c'est couvert dans notre billet de visite touristique acheté la veille à Cuzco. Une fois le poste de contrôle passé, une très longue montée m'attend. N'ayant pas encore de souffle, c'est vraiment très difficile. Après plusieurs arrêts salutaires, j'atteins enfin le point de départ pour les ruines.  Il n'y a qu'un garde de présent car il est environ 8 heures du matin.  Je lui demande si il y a des guides et il me répond qu'ils ne sont pas encore arrivés.  Tant pis, je visiterai par moi-même.  Comme je me mets en route, le garde me rappelle et me pointe un individu au loin mais qui se rapproche.  Voilà un guide! Le monsieur s'approche.  Avec son chapeau, il a l'air d'un Indiana Jones... inca! Je lui demande si il parle français ou anglais, mais il se présente d'abord en me parlant en ... quechua, la langue des incas.  Bien entendu, je ne comprend rien!  Mais il se met à rire.  C'est une blague et il parle relativement bien l'anglais.  Il se nomme George, mais me dit que son surnom c'est Crazy George.  Il m'a l'air d'un sympathique bonhomme.  Pas très grand, cheveux foncés, moustache et un profil très inca.  Nous négocions le prix pour la visite des ruines.  C'est pas donné, mais il faut comprendre que je suis seul alors qu'habituellement il guide des groupes.

Plaque à l'entrée des ruines

On se met en route.  Les ruines de la forteresse de Sacsayhuaman sont très impressionnantes.  Il faut dire que c'est les premières que je vois depuis notre arrivée au Pérou.  Les remparts principaux sont constitués de blocs massifs, parfaitement alignés.  Le plus lourd pèse près de 300 tonnes!  Les pierres viennent d'un site situé à plus de 15 kilomètres.  Plus de 20,000 hommes auraient été impliqués dans la construction: 4,000 pour arracher les blocs de la carrière, 6,000 pour les transporter jusqu'au site et 10,000 pour tailler et  ajuster les pierres dans leur position.  La construction aurait commencée vers les année 1460 et aurait été terminée vers le début des années 1500.  L'ampleur de l'ouvrage est absolument incroyable!  Malheureusement, il n'en reste pas grand chose parce que les espagnols ont tout détruit et pris les matériaux pour construire pas moins de 17 églises dans Cuzco.  Les pierres sont tout simplement gigantesques.  Essayer de visualiser le chantier de l'époque est étourdissant.  Que j'aimerais pouvoir revenir dans le temps!

Aperçu des ruines de Sacsayhuaman
Des pierres immenses!
Crazy George et la ville de Cuzco
Porte traditionnelle

George est un guide très intéressant.  Il me décrit fort bien les ruines et leur histoire, mais me parle aussi de la  vie dans la ville de Cuzco. À la fin de la visite du site de Sacsayhuaman, il nous reste encore un peu de temps.  George me suggère donc de marcher jusqu'au site des ruintes de Quenco situé à une dizaine de minutes de marche.  C'est si près, je ne peux manquer ça.

Malheureusement la visite est un peu décevante. Les ruines de Quenco ne sont pas très impressionnates, se résumant surtout à un promontoire de roches.  Par contre, il est intéressant de savoir que Quenco était probablement un site de sacrifice pour les incas. D'ailleurs à l'intérieur des murs, on peut constater des pierres en forme de table sur lesquelles les sacrifices étaient probablement effectués.  La visite ne dure que quelques minutes et nous toujours dans les temps prévus.

Table sacrificielle aux ruines de Quenco
Je m'apprête à partir quand mon 'ami' George m'invite à prendre une bière avec lui. C'est lui qui offre, alors je ne peux refuser. George me mène donc dans une petit 'pub' local, sûrement pas très fréquenté par les touristes.  Je suis très content, car j'adore ce genre d'expérience locale.  Le pub se résume à un comptoir où les gens peuvent acheter des marchandises diverses et une table pour prendre un verre. George nous commande une 'grosse bière', une Brahma bien sûr!  Il est 10h30 du matin... pourquoi pas?
La discussion que j'ai eu par la suite fut très intéressante.  George commence d'abord par me parler un peu de lui, de son ex-femme, de ses enfant et aussi de ses expériences de vie. Il se demande quel est son but sur la terre, car il a échappé de près à la mort à maintes reprises.  Il a d'ailleurs dû se faire poser une place d'acier sur son crâne fendu! Il faut savoir que George est un ancien soldat qui a beaucoup voyagé dans les pays environnants.

Deuxième bière plus tard (que j'ai payé cette fois. George avait fort bien remarqué qu'il me restait quelques nuevo sols dans les poches...), la discussion prend une tournure surprenante quand Geroge réalise que je travaille dans le domaine informatique.  Il me pose alors une question innattendue:
Comment puis-je l'aider à démasquer tout les pédophiles qui oeuvrent sur Internet?
Parce qu'il veut tous les ... tuer.  Durant sa vie de soldat, il a tué très souvent et ça ne semble pas lui poser de problèmes d'en rajouter quelques-uns à sa fiche. Je pense qu'il vient de réaliser sa raison d'être sur cette terre.  Il va éliminer tous les pédophiles.  Ça semble rigolo, mais croyez-moi, George a l'air tout ce qu'il y a de sérieux.  Je m'efforce de lui expliquer que ce n'est pas vraiment possible et que de toutes façons si c'était si facile, les forces de l'ordre se feraient plaisir de rayer ces vermines de la carte. Il me regarde d'un air soupçonneux, comme si j'étais de mèche avec ces pédophiles et que j'essayais de les protéger. Malaise... Pendant une brève seconde, je me demande si il ne va pas me sauter dessus! Mais non, toujours très sérieusement, il m'affirme qu'il m'apprécie au plus haut point et bien entendu espère que je l'apprécie aussi! ... Bien sûr qui oui!  Sur ce, je regarde ma montre et réalise qu'il est passé 11 heures. Désolé George, mais je me dois de repartir au plus vite.  Une brève mais solide accolade plus tard, je fais mes adieux à Crazy George et je me met en route.


Le pub
La table... et la première grosse bière
Crazy George et la deuxème grosse bière

Vingt minutes et quelques beaux paysages plus tard, dont la vue de la splendide statue géante du Christ qui surplombe Cuzco, je suis de retour à notre auberge. Bien content de mon avant-midi qui a été fort remplie en émotions de toutes sortes!  Merci George et j'espère que tu as gardé ton couteau loin de tes visiteurs!

Paysage sur mon chemin du retour

Pour plus d'information sur Sacsayhuaman

Blog précédent: Voyage au Pérou: Cuzco et les environs
Blog suivant: Voyage au Pérou: En route vers Ollantaytambo


2 commentaires:

  1. Passionnant tes voyages tres intéressant a lire M erci xxx Tante Monique

    RépondreSupprimer